Les versions françaises de la Bible

livres 

La multiplication des Bibles

Lors d’une première visite en Librairie Chrétienne, on est généralement surpris par le nombre de Bibles différentes présentées, et très rapidement on ne sait plus très bien vers quelle traduction, quel modèle, se tourner. Les Bibles présentées diffèrent essentiellement dans trois domaines, pour lesquels une explication historique est nécessaire.

Les livres deutérocanoniques

Le nombre de livres présentés dans l’Ancien Testament est différent dans les Bibles d’origine protestante et dans les Bibles d’origine catholique. Pourquoi ?

Les livres de l’A.T. ont été écrits en hébreu. Mais au fil des événements politiques, le peuple juif s’est très largement dispersé sur tout le pourtour méditerranéen. Après quelques générations, cette diaspora perdant progressivement l’usage de la langue hébraïque, a éprouvé le besoin d’avoir les textes de l’A.T. traduits en grec. La plus connue de ces traductions est la Septante.

Divers livres de piété, écrits directement en grec se sont rajoutés aux livres de l’A.T. traduits en grec. Un consensus s’est fait sur une liste de 46 livres (liste longue). Après la dispersion de 70 apr. J.-C, les autorités religieuses juives, restées en Palestine, ont éprouvé le besoin de fixer la liste définitive des livres de l’A.T. Elles n’ont retenu que 36 livres (liste courte). Elles ont pour l’essentiel exclu tous les livres qui n’étaient pas écrits à l’origine en hébreu. C’était aussi une manière de se démarquer du christianisme naissant, qui utilisait largement les versions grecques de l’A.T., seules accessibles à la majorité des chrétiens qui n’étaient pas d’origine juive.

 Quinze siècles plus tard, le Concile de Trente, en pleine controverse liée à la Réforme, adopte la liste longue d’origine grecque. Le protestantisme, lui, adopte la liste courte.

Nous nous trouvons donc avec des A.T. de longueur différente selon que la traduction est d’origine catholique (Jérusalem, Chouraqui) ou d’origine protestante (Segond, Darby, Semeur). La TOB (Traduction Œcuménique de la Bible) a adopté une solution intermédiaire en regroupant ces livres entre Ancien et Nouveau Testament.

Pour la Bible en Français Courant, la Société Biblique a préféré mettre sur le marché des versions sans ces livres et d’autres qui les contiennent.

Ordre grec ou hébraïque ?

L’A.T. hébraïque regroupe les livres en trois grandes familles : le pentateuque, les prophètes, les écrits (= autres livres) : c’est l’ordre hébraïque. Les traducteurs grecs de l’A.T., ont voulu classer les livres par contenu.

Ils ont laissé le pentateuque à sa place, mais ont regroupé dans une section livres historiques certains des livres des sections prophètes et écrits. C’est l’ordre grec.

Toutes les traductions, protestantes et catholiques, ont adopté l’ordre grec jusqu’à l’arrivée de la TOB qui elle, a repris l’ordre hébraïque. La Bible en Français Courant a elle aussi adopté l’ordre hébraïque au départ, mais compte tenu des problèmes pédagogiques que pose l’existence de deux ordres différents, elle est en train de revenir à l’ordre grec. Seuls quelques modèles de cette version ont encore l’ordre hébraïque.

 

Des traductions bien différentes

 

Traduction Louis Segond et ses dérivés

A la base, elle date de 1888. Revue en 1910, elle s’est imposée comme la traduction protestante dominante pendant plus de 50 ans. Trois démarches de révision, indépendantes l’une de l’autre ont vu le jour :

– La révision de 1975 : La Société Biblique de Genève a simplement modernisé le texte dans sa formulation, en éliminant les formes archaïques et vieillies. Cette révision est appelée la N.E.G (Nouvelle Edition de Genève). La S.B.G. prépare une nouvelle révision.

– La révision de 1978 : La Société Biblique Française a elle retraduit le texte chaque fois que cela lui semblait nécessaire. Le résultat est à mi-chemin entre une révision et une nouvelle traduction. Cette version est connue sous le nom de Bible à la Colombe.

– La Nouvelle Bible Segond éditée en 2000-2001 par la Société Biblique Française est la dernière des révisions en date. Petit à petit elle est appelée à remplacer la Bible à la Colombe. Cette version est appelée N.B.S.

La traduction Darby

Datant du milieu du XIXe siècle, elle est encore appréciée pour son caractère littéral, qui permet de bien suivre les méandres des textes originaux.

La TOB, Traduction Œcuménique de la Bible

Terminée en 1975, elle est le fruit de la collaboration entre de nombreux exégètes protestants et catholiques. Traduction moderne et dynamique, elle a longtemps été regardée avec méfiance à cause du contenu théologique des notes qui y sont jointes.

Elle existe aujourd’hui en deux présentations :

– avec notes intégrales

– avec notes essentielles, qui se limitent à des précisions historiques, géographiques et culturelles.

Cette version a été revue et harmonisée en 1988.

La Bible en Français Courant

Réalisée sur une base interconfessionnelle par la Société Biblique Française, son but premier est la compréhension du texte, d’où sa formulation dans un français de tous les jours. Terminée en 1982, elle a été revue en 1997. C’est une excellente version pour une première lecture de la Bible, ou une lecture cursive.

La Bible en Français Fondamental

Cette version, appelée Parole de Vie, conçue au départ pour des personnes récemment alphabétisées, se limite au vocabulaire courant (3500 mots). Une démarche intéressante pour tous ceux dont le français n’est pas la langue maternelle. Traduction à part entière, elle est d’une grande limpidité. La Bible complète est maintenant disponible.

La Bible du Semeur

Cette nouvelle traduction, sur une base strictement protestante, a été entreprise sous la direction d’Alfred Kuen en 1992. Elle tient compte de près d’une centaine de versions qui existent déjà, et porte une attention spéciale à la dimension esthétique du texte. Un texte très agréable, révisée en 2000.

© CLC 2004